Accueil » Actualités » Les baguettes “suspendues”

Les baguettes “suspendues”

Les baguettes “suspendues” arrivent chez les plus démunis.

Près de 350 baguettes “suspendues” ont été offertes aux bénéficiaires des Restos du coeur depuis un an, grâce à la boulangerie Leturque à Laon.

Près de 150 baguettes ont été distribuées le 11 juin.

“Un peu de pain et de chaleur”, promettait la chanson de Coluche. Du pain frais, sorti du four le matin même, voilà pourtant un produit qu’il est encore difficile de distribuer au local des Restos du coeur.

“C’est vrai que c’est rare que l’on ait du pain frais à distribuer. En général, il date de la veille. Alors pour ces familles qui gagnent moins qu’un RSA, c’est un peu comme recevoir une friandise ou une viennoiserie. Ça fait du bien”, assure Jacky Sara, responsable des Restos à Laon.

Depuis un an, il récupère régulièrement les baguettes offertes par les clients de la boulangerie Leturque, située rue Eugène-Leduc. Le principe est simple : le clients achète une baguette en plus de la sienne et la laisse sur place au profit des Restos. La boulangère remet ensuit aux Restos les dons, dès qu’elle a atteint les 100 baguettes offertes.

Cette opération, lancée par l’association des Jeunes citoyens entreprenants du Pays laonnois, permet ainsi de récupérer des dons en nature de manière régulière. Déjà quatre distributions de pain frais ont pu avoir lieu.

Hier, cent cinquante nouvelles baguettes ont ainsi été distribuées. Mais ce coup-ci, les dons émanaient directement d’une action menée lors du Forums des associations, ou 127 euros avaient été récoltés à l’occasion d’une dictée solidaire. Ces 127 euros ont permis d’acheter environ 150 baguettes au profit des Restos.

“Pour nous, le don de baguettes est symbolique et utile. Il s’agit de donner du pain à des personnes en difficulté. Mais cette opération est encore difficile à mettre en place”, souffle Anne-Claire Mondon Demay, présidente des Jeunes citoyens entreprenants du Pays laonnois. Il faut dire que l’association a du mal à mobiliser les boulangers de la ville. Seule la boulangerie Leturque participe pour le moment, alors que dix ont été démarchées. “Nous allons les relancer. Peut-être qu’il y a une incompréhension.” Laurence Leturque, patronne de la boulangerie rue Eugène-Leduc, elle, trouve l’opération des baguettes “suspendues” bien pensée. “Je trouve que c’est une bonne chose, ce n’est pas du tout contraignant. Les clients sont libres de faire un don ou non”, assure-t-elle.

David un client qui a déjà acheté à plusieurs reprises une “baguette suspendue”, est du même avis. “C’est plus concret que de donner de l’argent”.

VIRGINIE GUENNEC

Extrait du journal L’Union du samedi 11 juin 2016


Accueil » Actualités » Les baguettes “suspendues”