Accueil » Les chantiers d'insertion » Les chemins de l’insertion

Les chemins de l’insertion

Les chantiers d’insertion – entrepôts départementaux, Jardins et Ateliers des Restos du Cœur – accueillent des personnes en voie de réinsertion. Généralement employées et accompa­gnées en contrats aidés (contrat d’insertion financé en majorité par l’État), elles sont encadrées par une équipe de professionnels et de bénévoles. Ces contrats aidés sont d’excellents outils de réinsertion car ils permettent d’épauler pendant plusieurs mois les personnes qui cherchent à s’en sortir. Or l’on sait combien il est dur de se mettre au travail quand on n’a pas ou plus exercé depuis longtemps.

Ces Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI) servent essentiellement à redonner l’envie et les possibilités d’une vraie réin­sertion : recréer des liens sociaux, rompre la solitude, avoir un objectif dans la journée quand on se lève le matin, réapprendre des horaires et des engagements, élaborer un projet professionnel, se préparer à l’entrée en formation qualifiante.

Les bénévoles, les encadrants et les salariés en contrats aidés définissent ensemble un projet professionnel. Il s’agit surtout de les préparer à la fin de leur contrat. Dans ce but, pour ga­rantir des emplois durables, les Restos signent des partenariats avec des entreprises.

Une réponse spécifique est également donnée par “Les Pe­tites Ruches” du Cœur. Ainsi, à Agen, à Blois ou à Dreux, on propose aux particuliers des services, rémunérés et déclarés, de jardinage, de ménage, de tapisserie, de peinture, etc. En moyenne, un tiers des salariés en insertion trouve un CDD ou un CDI à la sortie de l’ACI, un tiers poursuit une formation complémentaire ou signe un contrat aidé dans une autre structure, un tiers n’a pas de débouché concret.

Les autres ateliers d’insertion

Créés en 1989, les Ateliers des Restos du Cœur sont aujourd’hui une centaine sur toute la France. On les classe en 3 catégories :

Les ateliers de rénovation de logements : pour les Toits du Cœur et les appartements des bénéficiaires des minimas sociaux et d’associations locales (régie de quartier).

Les autres ACI sont : logistique entrepôts, cuisine professionnelle, réhabilitation de meubles et électroménager…

Les ateliers d’activité liés à la vie quotidienne : structures légères, qui ne fonctionnent que quelques demi-journées par semaine, et dont les encadrants sont généralement bénévoles. Les personnes accueillies y viennent guidées par des motivations ou des goûts personnels : même s’ils peuvent y acquérir une formation, ils ne sont pas suivis par le Pôle Emploi et n’ont pas obligation de suivre une formation par ailleurs. Exemples d’activités de ces ateliers : soutien à la recherche d’emploi, initiation à l’informatique et accès à Internet pour les chercheurs d’emploi ou les enfants exclus dès le plus jeune âge par « la fracture numérique ».


Accueil » Les chantiers d'insertion » Les chemins de l’insertion